On souhaite s’occuper de sa famille pour le meilleur et pour le pire et l’on se sent responsable les uns des autres. Les familles considèrent ainsi souvent les soins à apporter à une personne atteinte de démence comme une évidence : « Il aurait fait la même chose pour moi. » ou « Elle s’est toujours occupée de moi. ».

Mais lorsqu’on constate que ce n’est pas facile ou même impossible de s’occuper en permanence d’une personne atteinte de démence, les soins peuvent être pris en charge par un réseau d’aides et de soins. Ce n’est pas facile d’accepter un tel soutien ou même de faire appel à une maison de repos ou de retraite lorsque la démence atteint un stade avancé.

La famille a alors souvent mauvaise conscience.