Questions fréquentes

Le terme « démence » désigne les maladies entraînant une perte des capacités mentales, émotionnelles et sociales avec pour conséquence une perte d’autonomie dans la réalisation des activités quotidiennes. La maladie d’Alzheimer est la forme de démence la plus fréquente avec un taux de +- 70 %.

N’ignorez pas vos soupçons. Parlez avec vos proches/connaissances de vos observations et de vos inquiétudes. Les causes de tels symptômes sont multiples. Un diagnostic vous permet de clarifier la situation. Motivez et persuadez la personne de consulter un spécialiste, par mesure de précaution.

Avec l’avancement de l’âge, nous commençons à être insatisfaits de notre capacité de mémorisation. Un mot nous manque, le nom d’un ancien voisin ne nous revient pas, nos clés sont égarées. Si l’on souffre parfois d’oublis, il ne faut pas s’inquiéter et penser être atteint de démence. Un manque de mémoire « normal » causé par un manque d’attention ou une grande fatigue apparaissant avec l’âge n’a rien d’alarmant et la plupart des choses finissent par nous ressurgir. Cependant, si les trous de mémoire sont fréquents, la cause devrait être clarifiée par un médecin. À l’aide de tests spécifiques, le médecin définit si la personne est effectivement atteinte de démence ou si d’autres maladies peuvent être la cause de ces oublis récurrents.

À ce jour, il n’existe pas de mesure préventive contre la démence. Mais certains facteurs réduisent les risques et peuvent ralentir la perte de mémoire:

  • un entraînement de la mémoire;   
  • la pratique d’une activité physique régulière;  
  • des contacts sociaux et une intégration sociale;
  • une alimentation équilibrée et saine (pauvre en graisses et riche en vitamines et en fibres);
  • éviter le surpoids, la cigarette et la consommation abusive d‘alcool;
  • le dépistage et le traitement précoce de maladies vasculaires et du diabète.

Les démences sont actuellement incurables, mais la progression des symptômes peut être temporairement soulagée et/ou ralentie à l’aide d’approches thérapeutiques médicamenteuses ou non-médicamenteuses. Les personnes touchées et leurs proches peuvent ainsi améliorer leur qualité de vie.

Adressez-vous en toute confiance à votre médecin traitant ou consultez un spécialiste (neurologue, neuropsychiatre, psychiatre ou gériatre).

Dans la plupart des cas, la démence est incurable et le diagnostic est difficile à assimiler. Mais il serait maladroit de laisser les personnes atteintes de démence dans l’incertitude quant à la nature de leur maladie et que les proches, dans un excès de bienveillance, ignorent le phénomène. Même si le diagnostic est d’abord un choc, la clarification des symptômes engendre souvent un soulagement de savoir enfin de quoi l’on souffre. Afin que les personnes concernées puissent se préparer à l’avenir et à une vie digne d’être vécue tout en souffrant de démence, nous recommandons de parler ouvertement de la maladie.

Chaque individu a le droit de savoir et d’être informé de son diagnostic. Il est important que les personnes disposent des informations nécessaires et souhaitées. La meilleure méthode est d’utiliser des mots simples et compréhensibles. Il peut être judicieux de procéder progressivement lors des explications et de répartir les conversations sur plusieurs séquences d’information. On donne ainsi à la personne concernée le temps dont elle a besoin pour assimiler et comprendre ces nouvelles informations qui peuvent être accablantes. Afin que les explications puissent être également assimilées par les proches, il est important d’intégrer ces derniers lors de ces conversations explicatives.

Une personne est considérée comme dépendante lorsqu’elle a besoin de l’aide  d’une tierce personne pour la réalisation des activités quotidiennes essentielles (hygiène corporelle, préparation et prise des repas ainsi que mobilité). Les personnes qui souffrent d’une forme de démence auront, tôt ou tard, besoin d’un accompagnement régulier à cause des effets irréversibles de la maladie  sur leurs compétences quotidiennes. Lorsque les personnes ont besoin d’assistance sur une période de plus de six mois, elles ont légalement droit à certaines prestations ou à un complément de l’assurance-dépendance. Les coûts directement liés à la maladie tels que les traitements, bandages, médicaments ou mesures de rééducation sont pris en charge par l’assurance-maladie (CNS-Gesondheetskees).

  • Soyez patient et respectueux avec les personnes malades.
  • Soyez aussi proche que possible des personnes malades et recherchez le contact visuel.
  • Signalez-leur votre compréhension même si cela peut s’avérer difficile.
  • Parlez lentement et distinctement. Donnez aux personnes malades des instructions claires à l’aide de phrases courtes et simples.
  • Montrez du doigt les objets et les directions.
  • Répétez les informations importantes, si besoin à plusieurs reprises.
  • Évitez les corrections et les discussions inutiles.
  • Il est préférable d’ignorer les accusations et les reproches.
  • Donnez aux personnes malades de la stabilité et de la routine dans leur quotidien.
  • Procurez-leur une atmosphère calme et éteignez les bruits de fond gênants.
  • Essayez de prendre les choses avec humour et riez ensemble des mésaventures.
  • Au lieu de critiquer, ayez une attitude positive en exprimant votre estime pour la personne malade à l’aide de paroles, de contact physique ou d’un sourire.
  • Procurez à la personne malade des stimulations mentales, sans pour autant trop exiger d’elle.
  • Assurez-vous que la personne a une alimentation équilibrée et est suffisamment hydratée.
  • Pensez à pallier d’éventuels déficits physiques de la personne malade avec des lunettes, des appareils auditifs ou des déambulateurs.
  • Pensez à faire des contrôles réguliers des dents et prothèses dentaires de la personne malade.
  • Et tout aussi important : ne vous oubliez pas vous-même. Vous avez besoin de force. Pour cela, pensez à vous reposer et à vous distraire.

Pour le diagnostic, consultez votre médecin traitant ou un spécialiste. Pour des informations sur le thème de la démence et des conseils pour un meilleur accompagnement des personnes atteintes de démence, vous pouvez vous adresser au Info-Zenter Demenz.

Venez nous voir sur place à Luxembourg-ville ou contactez-nous par téléphone.